Immobilier à Malakoff : les tenants du « plan de sobriété énergétique 2022 »

Immobilier à Malakoff : les tenants du « plan de sobriété énergétique 2022 »
Actualités Transactions Immobilières

Dans le cadre de la lutte contre le gaspillage énergétique, le gouvernement Macron a mis en place un « plan de sobriété énergétique » dont il a dévoilé les tenants le 6 octobre dernier. L’objectif, rappelons-le, est de réduire la consommation énergétique nationale de 10% d’ici 2024 et de 40% d’ici 2050. Pour ce faire, les groupements d’études ont établi 15 mesures phares s’adressant à toutes les entités présentes dans le pays, des particuliers aux entreprises, en passant par les collectivités au citoyen. Pour ce qui est des ménages et acteurs opérant dans le domaine de l’immobilier, voici les recommandations édictées dans le plan de sobriété énergétique 2022.

Le bâtiment ou le logement : sujet énergivore à l’échelle nationale

Si l’État a mis en exergue des recommandations particulières concernant le secteur du bâtiment ou du logement, c’est parce qu’à lui tout seul, ce secteur engrange près de 45% de la consommation énergétique nationale et qu’il est à l’origine de 20% des émissions de gaz à effet de serre du pays. Y remédier est donc primordial pour l’accomplissement de l’objectif du plan de sobriété énergétique 2022 et pour ce faire, le gouvernement s’adresse à chaque ménage par des mesures stratégiques.

De quels efforts s’agit-il ?

Trois efforts sont demandés à chaque foyer pour pouvoir contribuer à l’application du plan de sobriété énergétique d’octobre 2022. Ce sont :

  • limiter la température de chauffage à 19°C au lieu de 20°C, soit une diminution de 1°C pouvant, in fine, faire économiser entre 5 et 10% d’énergie. Le gouvernement, par le biais du programme de Certificats d’économies d’énergie (CEE), prévoit une prime par foyer de 65€ pour l’installation d’un thermostat programmable au niveau de la chaudière.
  • Écourter le temps de chauffe lorsque les températures commencent à baisser. En pratique, on recommande de ne mettre le chauffage qu’à partir du 1er novembre au lieu du 15 octobre et jusqu’au 1er avril au lieu du 15 avril pour pouvoir réaliser jusqu’à 12% d’économie d’énergie.
  • Réduire l’utilisation d’eau chaude dans les sanitaires et les bureaux

Le gouvernement proposait également une mesure toute particulière aux copropriétés, celle de l’individualisation des frais de chauffe dans les appartements. Cependant, l’installation des équipements destinés à y amener est jugée onéreuse par certaines copropriétés ou inefficace par d’autres. Cette recommandation ne semble donc pas faire long feu, même si elle devrait être incluse dans les sujets de réflexion des prochaines assemblées générales des copropriétés.

Publié le 28/11/2022