Les avantages et inconvénients de l’achat d’un bien immobilier neuf Vs ancien à Malakoff

Les avantages et inconvénients de l’achat d’un bien immobilier neuf Vs ancien à Malakoff
Transactions Immobilières

Vous opérez votre première acquisition immobilière à Malakoff et hésitez entre acheter dans l’ancien ou dans le neuf ? La question est de taille en sachant que chaque option a ses avantages et ses inconvénients. Découvrez-en les grandes lignes pour vous aider à prendre la meilleure décision selon votre budget et votre choix de vie.

Pour rappel, un bien est considéré comme neuf s’il a été construit il y a moins de cinq ans ou qu’il a été entièrement refait.

Question emplacement, l’ancien offre un plus large choix de biens

Le parc immobilier ancien est généralement plus vaste que celui des biens neufs. Le choix est également diversifié en matière de surface, d’architecture ou encore de prix. De plus, les propriétés anciennes sont souvent localisées à proximité des commodités de base.

En comparaison, les programmes neufs sont rares à l’intérieur des territoires déjà fortement aménagés du fait de la cherté des terrains et des besoins en espace de ce type de projet. Par ailleurs, le fait qu’ils soient situés à l’extérieur des grands centres urbains les protège des nuisances.

Question confort, rien ne vaut le neuf

Le neuf présente l’atout considérable du confort. Le bien a été bâti selon les dernières normes, en termes de techniques de construction, de matériaux et d’équipements. Il est alors à la fois économique et écologique. Il est également moderne et fonctionnel pour faciliter le quotidien de ses occupants. 

En revanche, une maison ancienne nécessite souvent d’importantes rénovations pour être aux normes. Elle devra aussi passer par un entretien rigoureux dès les premières années qui suivent son acquisition.

Question prix de vente, le neuf est plus cher

À cause du prix du foncier et du surcoût dû aux diverses normes à respecter, un bien neuf coûte plus cher qu’une acquisition dans l’ancien pour deux propriétés qui présentent la même superficie. L’écart de prix peut s’élever jusqu’à 30 % dans les grandes villes. Il est généralement de 15 % à 20 % ailleurs. 

Toutefois, les frais d’acquisition peuvent faire pencher la balance en défaveur de l’ancien. En effet, ils s’élèvent à 7 % à 8 % du prix de la propriété dans ce cas-là alors qu’il atteint rarement les 3 % si le bien vient d’être construit. 

Question garantie, le neuf est plus avantageux

La seule garantie à laquelle un bien ancien est assujetti est celle qui concerne les vices cachés. Elle intervient lorsque des malfaçons et des dégradations sur le gros œuvre ont été découvertes après la transaction et qu’il peut être prouvé qu’elles ont été dissimulées à l’acheteur. En outre, le vendeur peut la contester si la transaction a été opérée en PAP.

Or, cette garantie est toujours effective dans le cas d’un bien acquis par VEFA. À cela s’ajoute une batterie de garanties supplémentaires, à savoir :

  • Une garantie financière de la part du promoteur : d’achèvement ou de remboursement ;

  • Trois garanties venant du constructeur : de parfait achèvement (un an), de bon fonctionnement (deux ans) et contre les vices de construction (10 ans).

Question délai d’achat, le neuf demande de la patience

En achetant dans l’ancien, vous acquérez un bien déjà existant. En général, il faut attendre entre trois et quatre mois avant la fin de la transaction. 

Par contre, une acquisition par VEFA demande plus de patience. En général, la livraison du bien a lieu 12 à 30 mois après la signature du contrat de réservation. Il va sans dire que le stress aura tôt fait de s’installer.

Question aide au primo-accédant

Le fait d’acquérir un bien neuf comme première résidence fait toujours bénéficier du PTZ. Le capital octroyé peut représenter jusqu’à 40 % du prix du bien. Il est fonction de vos ressources et du nombre de personnes qui vont occuper la propriété.

En comparaison, ce ne sont pas tous les primo-accédants qui achètent dans l’ancien qui y sont éligibles. Pour que ce soit le cas, le bien à acquérir doit se trouver dans une zone B2 ou C. Il doit nécessiter de lourdes rénovations à raison de 25 % du montant du prêt.

À part cela, l’État et les banques proposent d’autres aides financières en faveur des primo-accédants que ce soit dans le neuf ou dans l’ancien. Les conditions d’obtention diffèrent d’une offre à une autre.

Publié le 09/11/2023

Dans
la même catégorie