Achat immobilier à Malakoff : à quoi aspire la GenZ en matière d’immobilier et à quelles difficultés doivent-ils faire face dans leurs projets ?

Achat immobilier à Malakoff : à quoi aspire la GenZ en matière d’immobilier et à quelles difficultés doivent-ils faire face dans leurs projets ?
Transactions Immobilières

 

Devenir propriétaire immobilier est un rêve auquel la majorité des Franciliens, sinon tous, aspire. C’est aussi le cas des individus de la génération Z, et ce, malgré leur jeune âge (entre 18 et 25 ans). Quelles sont leurs attentes en ce qui concerne l’immobilier ? L’accès à la propriété leur est-il favorable ? Réponses.

La motivation des jeunes à devenir propriétaire

D’après une enquête effectuée sur des jeunes de la GenZ en décembre 2023, près de la moitié des sondés aspirent à réaliser une acquisition immobilière pendant les cinq prochaines années. En effet, 70 % des personnes enquêtées pensent que devenir propriétaire est un objectif de vie primordial et un signe de réussite sociale indéniable. 

En outre, les jeunes actuels sont conscients qu’un investissement dans la pierre reste sûr à court et à long terme. Ils savent qu’un bien immobilier peut être valorisé de diverses manières. 

Ils optent également pour ce type de placement pour des raisons de sécurité. Pour cause, à défaut de pouvoir occuper le bien, ils peuvent le mettre en location et profiter des retombées financières de l’activité. De quoi les rassurer pour leur future retraite.

Une préférence pour le neuf

Mais au-delà de l’ascension sociale qu’un achat immobilier à Malakoff ou ailleurs représente, les jeunes de la GenZ n’oublient pas de miser sur la qualité du bien à acquérir. C’est pourquoi leur objectif concerne surtout l’immobilier neuf. 

En effet, 49 % des individus interrogés ont évoqué cette préférence du fait de l’économie à long terme que ce type de bien peut leur apporter. De fait, une maison qui vient d’être construite ne nécessite aucune dépense urgente ni pour les premières années de son occupation. Elle offre également un meilleur confort thermique et acoustique qu’un bien ancien. 

Par ailleurs, 39 % des jeunes enquêtés optent volontiers pour ce second type de bien. Mais parmi les conditions principales à ce choix se trouvent l’accès aux transports en commun et une connexion internet fiable. 

Les freins à leur projet

Malgré leur désir farouche de devenir propriétaire immobilier, les jeunes de la génération Z font face à diverses difficultés. La principale est l’accès compliqué au crédit, car la plupart d’entre eux n’ont pas les moyens de présenter un apport personnel aux banques. De fait, ils n’ont pas travaillé assez longtemps pour pouvoir se constituer une épargne.

Mais d’autres éléments viennent s’y ajouter pour les freiner dans leur entrain :

  • le manque de moyens à leur disposition : la plupart des jeunes ont dû contracter un prêt étudiant qui est rarement suffisant pour effectuer un investissement aussi conséquent qu’une acquisition immobilière ;

  • les prix élevés des biens : même si la location ne leur offre que peu de perspectives, la plupart des jeunes sont contraints de choisir cette option, car elle revient toujours moins chère par rapport à l’achat d’une maison ou d’un appartement ;

  • la peur des dépenses supplémentaires : ils savent que ce type de projet donne souvent lieu à des imprévus importants d’ordre financier qu’ils auront plus de difficultés à assumer ;

  • le désir d’acheter à deux : une minorité (8 %) souhaite attendre d’être en couple pour entreprendre leur première acquisition, probablement en vue de profiter de l’effet levier que peut leur apporter une seconde source de revenus.

Néanmoins, plusieurs procédés sont à leur portée pour réaliser quand même leur projet. L’acquisition en viager leur permet, par exemple d’échapper aux contraintes d’un prêt immobilier. Puis, en effectuant un achat à plusieurs, ils peuvent réduire le montant de leur investissement personnel selon leurs moyens.

Publié le 03/04/2024